Céramiste

05.jpg

Techniques

Terre sigillée


J’utilise deux techniques de cuisson pour mes terres sigillées

  • Soit au four primitif


Terre sigillée au four primitifAprès polissage des pièces crues au galet, je les biscuite.
Ensuite j’applique des sulfates à l’aide d’une éponge.
Puis je dispose mes pièces dans le four primitif.
Celui-ci est réalisé en briques ordinaires non cimentées.
Il faut laisser l’air circuler.
Je recouvre mes pièces avec des bûches de bois.
J’allume mon feu par le dessus.
Je laisse bien prendre, puis je recouvre le tout d’une tôle ondulée.
Après cuisson, je défourne les pièces chaudes si je désire appliquer du crin de cheval. La température est importante pour faire adhérer le crin.
Ensuite j’applique une bonne couche de cire sur les pièces encore chaudes
Quand elles sont froides, je les lustre.

  • Soit au four à raku


terre sigillée, terre crue, terre biscuitéeJ’applique la terre sigillée soit sur terre crue comme précédemment, soit sur terre biscuitée. ( avec plus de risques dans ce cas de figure car la terre sigillée peut s’effriter).

J’applique ou pas des sulfates.
Je place ma pièce dans le four à raku.
Ne pas surcharger le four.
Je défourne ma pièce au-delà de 800°. Cela me laisse tout le temps de l’enfumer à ma guise.
Ensuite je dépose mon crin de cheval.
Et pour finir, j’applique une couche généreuse de cire sur la pièce encore chaude que je lustrerai plus tard.
Cette démarche est très bien expliquée dans le livre de Ed et Ine KNOPS. RAKUVARIA 2 ( www.knopsclay.nl)
On y explique également la fabrication de la terre sigillée



Le raku

Le rakuJe recommande vivement le livre Rakuvaria 2 quand à la pertinence des explications sur les techniques de cuissons raku.
Pour ma part j’utilise comme émail raku la recette suivante :
pour 100 g :

Borate gerstley : 50 g

Syénite néphéline : 50g
+ eau
 
je pense qu'il est important d'avoir la patience d'expérimenter ses recettes.

Le défournement se fait à 1000°
Cet émail à un gros avantage : il peut être appliquer au pinceau !
Il s’uniformise à la cuisson et a un très bon rendu

Cuisson raku

 

Les émaux


Les émauxA de rares exceptions près, je ne fabrique pas mes émaux.
Je considère que c’est un métier dans le métier.
En effet, cela demande beaucoup de recherches, de temps, d’expérience.
De plus, le panel d’émaux proposés dans le commerce est très riche et varié.
je fais donc ce choix, pour l’instant. Car je pense aussi que celaest très enrichissant d’ expérimenter ses propres émaux.



Le tour

Le tour

 

Beaucoup de mes pièces sont d’abord tournées.
Ici le contact avec la terre est magique, malgré un aspect qui peut sembler restrictif dans la mesure où le tour impose une partie de la forme composée.
Mais cela reste mon moyen d’expression de prédilection.